| Leçon de sexe

Cet article est en fait la suite de celui qui j’ai écrit il y a quelques mois et qui portait sur le pick-up français. Vous avez donc réussi à ramener une personne canon à la maison. Certes, il y a une barrière linguistique qui vous sépare, mais cela n’empêche rien au fait que la passion est bel et bien au rendez-vous. Vous brûlez de désir. Vous êtes enfin de retour chez vous et vous descendez de votre voiture en l’invitant à monter. Quelques minutes plus tard, vous vous retrouvez dans votre chambre, et les vêtements que vous portiez, eux, sont maintenant sur le plancher. Je vous pose donc la question suivante: qu’est-ce que vous êtes sur le point de faire? Vous visualisez le tout, j’en suis sûr; toutefois, savez-vous l’exprimer en français? Mes amis, c’est ici que j’interviens.

Toute bonne relation sexuelle doit commencer avec une session de préliminaires. Vous caresserez, toucherez et découvrirez timidement le corps de l’autre. Il est important de mentionner qu’en français, on utilise le verbe «s’embrasser» lorsqu’on pose nos lèvres sur celles d’une autre personne. Le verbe «baiser» fait plutôt référence à l’acte sexuel complet, même si le nom commun, «un baiser», ne représente qu’un simple kiss. Lorsqu’il y a contact de langues dans ce baiser, on emploiera le verbe «frencher» au Québec.

Maintenant que vos quelques minutes de préliminaires sont terminées, vous avez envie de passer à l’acte. Vous délaissez donc les lèvres de votre partenaire et vous entamez une descente lente et particulièrement sensorielle pour votre partenaire. Vous vous attardez quelques secondes aux mamelons et vous continuez jusqu’à ce que finalement, vous arriviez à l’entrejambe. Ici, la terminologie que vous devez employer dépend du sexe de la personne avec qui vous êtes.

S’il s’agit d’un homme, vous lui ferez une fellation. Toutefois, les locuteurs francophones vont souvent préférer des expressions familières telles que «faire une pipe» ou encore «faire un pompier». L’organe masculin est communément appelé «pénis», mais le français québécois de registre familier nous donne le mot «la queue». Le français européen, lui, recommande «la bite».

Si votre partenaire est une femme, vous êtes sur le point de lui faire un cunnilingus. Malheureusement, les expressions familières sont plutôt rares. Cependant, vous pouvez faire référence au vagin en utilisant le mot «chatte», ce qui rend quand même une image mignonne de la chose.

Et puis vous arrivez finalement à la pénétration. Qu’elle soit vaginale ou anale, il est difficile de trouver des mots de registre familier qui la décrivent et qui ne soient pas vulgaires. Par conséquent, si vous devez en parler, utilisez les termes que je vous ai donnés. N’oubliez surtout pas d’utiliser un condom, qu’on appelle aussi «un préservatif» (attention, il ne s’agit pas du preservative anglais, qui se traduit par «agent de conservation» en français), car on ne sait jamais ce qui peut arriver. Rappelez-vous de vous détendre et de profiter de chaque seconde. Vous avez maintenant les connaissances de base pour bien baiser en français!
You can write to Joël at thefrenchconnection@mcgilldaily.com.

Like reading in French? Why not read Le Délit? Find it on stands tomorrow.


Comments posted on The McGill Daily's website must abide by our comments policy.
A change in our comments policy was enacted on January 23, 2017, closing the comments section of non-editorial posts. Find out more about this change here.